Unicef : 67 millions d’enfants dans le monde n’ont pas reçu tous leurs vaccins entre 2019 et 2021

Aïcha Mahamat Saleh, 5ans entrain de prendre sa dose de vaccin polio au Quartier Habena dans le 7ème Arrondissement de la ville de N'Djamena. Ceci dans le cadre de la campagne de vaccination contre la polyoméilite couplée à la supplémentation à la vitamine A et au déparatisage au Mebendazole organisée par le Ministère de la Santé publique et de la Solidarité Nationale et ses partenaires dont l'UNICEF et l'OMS.

Selon un rapport de l’Unicef, publié le 20 avril 2023, 67 millions d’enfants dans le monde n’ont pas reçu tous leurs vaccins de routine entre 2019 et 2021. Une situation qui souligne la nécessité d’intensifier durablement les efforts en faveur de la vaccination.

Les perturbations engendrées par la pandémie Covid-19 ont interrompu la vaccination infantile presque partout dans le monde. Ce qui marque un retour à des taux jamais enregistrés depuis 2008, a souligné l’Unicef dans son rapport. La pandémie a également exacerbé les inégalités existantes.

La vaccination reste indisponible, inaccessible ou inabordable pour beaucoup trop d’enfants, en particulier ceux issus des communautés les plus marginalisées. Une population déjà difficile à atteindre avant la pandémie dans un monde où les taux de vaccination stagnent depuis près de dix ans.

Parmi les 67 millions d’enfants qui n’ont pas reçu tous leurs vaccins de routine entre 2019 et 2021, 48 millions n’en ont reçu aucun. Ce sont des enfants appelés « zéro dose », selon le rapport. Si, fin 2021, l’Inde et le Nigéria, deux pays affichant une très forte natalité recensaient la plus grande population d’enfants zéro dose, c’est au Myanmar et aux Philippines que leur nombre a le plus notablement augmenté. Les enfants non vaccinés vivent dans les communautés les plus pauvres, les plus reculées et les plus marginalisées, dans des pays parfois en situation de conflit.

D’après les nouvelles données produites dans ce rapport par l’International Center for Equity in Health, 1 enfant sur 5 au sein des ménages les plus pauvres n’a reçu aucun vaccin, contre 1 sur 20 au sein des ménages les plus riches.

Ces problématiques sont d’autant plus présentes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où l’on recense environ 1 enfant zéro dose sur 10 en milieu urbain et 1 sur 6 en milieu rural. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, en revanche, l’écart est pratiquement nul entre ces deux milieux.

Pour résoudre cette crise de la survie de l’enfant, l’Unicef appelle les gouvernements à accroître leurs investissements en faveur de la vaccination. L’agence onusienne demande aussi de collaborer avec les parties prenantes pour débloquer les ressources disponibles, notamment le solde des fonds alloués à la lutte contre la Covid-19, de façon à déployer de toute urgence des campagnes de rattrapage et à intensifier la vaccination afin de protéger les enfants et de prévenir des flambées épidémiques.

Quitter la version mobile