Soudan : fermeture du dernier hôpital d’une grande ville du Darfour

Le seul établissement hospitalier opérationnel dans la ville d’el-Facher au Darfour, dans le sud-ouest du Soudan, a fermé ses portes samedi, 8 juin 2024 après avoir été pris d’assaut par les paramilitaires qui tentent de s’emparer de la ville, a indiqué l’ONG Médecins sans Frontières (MSF).

« MSF et le ministère de la Santé ont suspendu toutes les activités de l’hôpital sud d’el-Facher au Darfour-Nord après que des paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) ont pris d’assaut l’établissement, ouvert le feu et pillé (ses équipements), dont une ambulance », a dénoncé l’ONG médicale sur son compte X dimanche soir. Depuis avril 2023, le Soudan est le théâtre d’une guerre opposant l’armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane aux paramilitaires du général Mohamed Hamdane Daglo.

Seule capitale des cinq États du Darfour à échapper au contrôle des FSR, el-Facher avait longtemps été relativement épargnée par les combats. La ville, accueillant de nombreux réfugiés, faisait office de hub humanitaire pour cette vaste région de l’Ouest du Soudan menacée par la famine. Le 10 mai, des combats intenses y ont éclaté, faisant craindre un nouveau tournant « alarmant » dans le conflit, selon le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Depuis, « au moins 192 personnes ont été tuées et plus de 1.230 blessées », selon un bilan sûrement très sous-estimé de MSF.

En raison de « l’intensification des combats », l’hôpital Sud avait commencé à être évacué la semaine dernière si bien que lors de l’assaut, « seuls dix patients et une équipe médicale réduite étaient présents », précise l’ONG. « La plupart ont réussi à fuir », assure MSF qui précise qu’en raison du « chaos », ses équipes n’ont pas pu vérifier s’il y avait eu des morts ou des blessés à déplorer.

« C’est un scandale que les FSR aient ouvert le feu à l’intérieur de l’hôpital », a dénoncé Michel-Olivier Lacharité, responsable du programme Urgence de MSF. Le conflit au Soudan a déjà fait des dizaines de milliers de morts. A el-Geneina, capitale du Darfour-Ouest, 10.000 à 15.000 personnes ont été tuées, selon l’ONU, et près de neuf millions de personnes ont été déplacées par les violences.

Quitter la version mobile